La Haute Campine proposée au patrimoine mondial de l'UNESCO

Le gouvernement flamand a demandé à l'ASBL Regionaal Landschap Kempen en Maasland de mener une étude sur le parc national de la Haute Campine et les anciens sites miniers d'Eisden, Zwartberg, Winterslag et Waterschei, dans la perspective d'une prestigieuse reconnaissance en tant que patrimoine mondial de l'UNESCO. C'est ce qu'a indiqué mercredi la presse néerlandophone.

La ville de Genk et le gouvernement flamand ont chacun consacré 60.000 euros au Regionaal Landschap Kempen en Maasland afin qu'une étude de faisabilité soit menée dans les mois à venir. Une année durant, des spécialistes vont évaluer la valeur patrimoniale du site. Cette étude permettra également de cartographier la biodiversité du parc.

Les premiers résultats de la recherche sont attendus, au plus tôt, pour fin 2010. L'introduction d'une demande par le gouvernement auprès du comité compétent de l'UNESCO devrait avoir lieu pour 2017, après quoi une longue procédure devrait suivre.

Au total, plus de 800 bâtiments et sites sont aujourd'hui répertoriés en tant que patrimoine mondial par l'UNESCO. Le prestigieux palais Stoclet, à Bruxelles, a reçu cette année cette prestigieuse distinction. (HIE)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés