Le Belge ne croit pas à la fin de la crise

Le baromètre mensuel du bien-être économique, réalisé en collaboration avec l'Itinera Institute et publié samedi dans la presse francophone, se redresse mais le bilan est encore négatif. Les jeunes et les intérimaires continuent à subir les effets de la crise. Du coup, les Belges, qui craignent de ne pouvoir rembourser leurs crédits, restent prudents.

"Les économistes disent que la croissance ne sera plus négative au trimestre prochain mais à ce stade, cela ne signifie pas grand-chose pour la population", explique Ivan Van de Cloot, économiste à l'Itinera Institute.

Le baromètre Le Soir-Itinera, qui tient compte de l'inflation, du chômage ou encore de la perception de la situation économique générale en Belgique, se redresse quelque peu mais il reste négatif: -9,2 points le mois dernier contre -9,9 en juin.

"Ceux qui ont gardé leur emploi ne ressentent pas la crise", poursuit M. Van de Cloot. "Au contraire, avec l'inflation qui a disparu et après les trois indexations de l'année dernière, leur pouvoir d'achat est en progression et ils s'en rendent compte".

Les jeunes et les intérimaires, eux, ressentent par contre durement la crise car ils ne trouvent plus d'emploi. "La persistance du chômage est plus grande chez nous. On réembauche moins vite lors de la reprise", ajoute l'économiste. (WAE)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés