Le futur gouvernement interpellé sur l'urgence de la réforme des services d'incendies

Les trois fédérations belges des sapeurs-pompiers ont adressé samedi une lettre ouverte au futur gouvernement pour qu'il mette en place rapidement la réforme des services d'incendies, après quatre ans d'attente.

L'objectif est de mettre fin à l'impasse dans laquelle se trouve l'organisation des services de secours de la sécurité civile, d'après Marc Gilbert, président de la Fédération Royale des corps de sapeurs-pompiers de Belgique, qui s'associe pour cette lettre avec l'association des officiers professionnels Beprobel, et la fédération flamande.

La loi sur la réforme de la sécurité civile a été votée le 15 mai 2007. Or, quatre ans plus tard, celle-ci n'est toujours pas entrée en vigueur et les améliorations sur le terrain sont nulles, déplorent les associations.

Elles estiment que la réforme des services d'incendies est "indispensable" pour une meilleure collaboration entre pompiers. La réforme implique que les 250 services d'incendie flamands et wallons actuellement existants devront être regroupés en zones de secours.

Les fédérations considèrent que ces objectifs doivent maintenant être réalisés sur base d'un planning définissant clairement les étapes intermédiaires et les objectifs à atteindre, que les pré-zones opérationnelles doivent être dotées rapidement d'une personnalité juridique et qu'un statut "convenable" pour le personnel des services d'incendies, notamment des pompiers volontaires, doit être déterminé.

Elles proposent donc de créer une commission permanente pour les services d'incendies dont le rôle serait de conseiller et de rendre des avis pertinents au futur ministre de l'Intérieur, et qui veillerait également à ce que les délais de mise en oeuvre soient respectés.

(BENOIT DOPPAGNE)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés