Le mandat d'arrêt du meurtrier présumé de Charlotte Antoniewicz confirmé

La chambre du conseil de Bruxelles a confirmé vendredi le mandat d'arrêt du présumé meurtrier de Charlotte Antoniewicz, a confirmé Me Réginald de Béco, l'un des avocats de l'inculpé. Nikos M. comparaîtra à nouveau devant la chambre du conseil dans un mois.

L'homme est inculpé du meurtre de Charlotte Antoniewicz qu'il a avoué avoir tuée dans la nuit de samedi à dimanche. Il s'est constitué prisonnier lundi.

Employé dans une agence de tiercé, il a reconnu avoir étranglé sa victime chez lui, à Bruxelles, puis avoir déplacé son corps dans une valise. Il s'en est ensuite débarrassé à Marche-lez-Écaussinnes où, sur ses indications, la police l'a retrouvé lundi.

L'inculpé avait rencontré la jeune femme de 18 ans dans un bar à Woluwe-Saint-Lambert.

"Notre client regrette profondément son geste et a pris ses responsabilités en se constituant prisonnier alors qu'il n'était pas recherché. Cela a permis à la famille de Charlotte Antoniewicz de retrouver rapidement son corps", ont déclaré ses avocats, Mes Réginald et Dimitri de Béco.

Incarcéré à la prison de Forest, il n'est pas parvenu à expliquer les faits qui lui sont reprochés. Les avocats ont évoqué la panique, l'alcool et la force physique de leur client, l'élément déclencheur demeurant toutefois inconnu.

Les résultats de l'autopsie ne sont pas encore connus mais les avocats ont réfuté tout rapport sexuel entre leur client et sa victime. Deux experts psychiatres ont été désignés par le juge d'instruction et une reconstitution des faits est prévue à une date encore indéterminée. (ROJ)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés