Le ministre flamand Pascal Smet favorable à un mouvement de jeunesse "allochtone"

Interpellé par un avis du Conseil de l'Europe selon lequel les organisations de jeunesse ne parviennent pas à intégrer jeunes Flamands et jeunes issus de l'immigration, le ministre Pascal Smet (sp.a) plaide jeudi dans De Morgen pour la création d'un mouvement de jeunesse "allochtone" en Communauté flamande.

Le Conseil de l'Europe souligne certes l'implantation stable des mouvements de jeunesse au nord du pays, mais les jeunes qui sont vulnérables n'y trouvent pas leur place, tempère l'organe européen des droits de l'homme.

"Les jeunes flamands et leurs compagnons d'âge en situation vulnérable ne se rencontrent pas", relève l'organe strasbourgeois. "Les mouvements de jeunesse traditionnels le souhaitent pourtant, mais ignorent comment faire".

Pascal Smet reconnaît la pertinence des remarques: "les associations de jeunes elles-mêmes concèdent que l'accès des migrants et des nouveaux Belges au réseau classique de la jeunesse n'est pas assez aisé".

Il propose de créer un mouvement de jeunesse "allochtone" (pour jeunes d'origine étrangère, ndlr), placé sous la coupole des organisations existantes. "Histoire de familiariser les jeunes avec les activités sociales qui leur sont destinées et établir çà et là des coopérations".

A ce titre, Bruxelles mériterait plus d'attention, selon le Conseil de l'Europe. La capitale "constitue en effet un problème, car la collaboration entre les Communautés française et flamande ne fonctionne pas toujours bien", commente Pascal Smet. (MUA)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés