Le moratoire pour l'école de la Brise révèle un malaise au sein de l'olivier, dit Gosuin

En décidant de suspendre sa décision de fermer l'école de la Brise, à Watermael-Boitsfort, la majorité de l'olivier a corrigé "une bourde" et révélé un sérieux malaise entre les partenaires de majorité PS, Ecolo et cdH, a affirmé jeudi soir le chef du groupe MR au parlement bruxellois Didier Gosuin.

Le gouvernement de la Communauté française a adopté jeudi un moratoire quant à la fermeture de l'athénée royal "La Brise" qu'il avait initialement décidé de fermer en septembre prochain. L'école restera ouverte au cours de l'année scolaire 2011-2012.

Le gouvernement Demotte prendra une décision quant à l'avenir de l'école d'ici mai 2011, s'appuyant sur de nouveaux rapports sur les options possibles en termes d'infrastructure et sur l'offre d'enseignement dans le sud de Bruxelles.

Didier Gosuin (MR) a dit avoir "poussé un ouf de soulagement, même s'il s'agit de rester vigilant", après cette annonce.

"Après avoir décidé de fermer l'école en septembre prochain, les partenaires de l'olivier ont tous dit 'c'est pas moi c'est l'autre', mais maintenant qu'ils en sont revenus, ils jouent tous à 'c'est pas l'autre c'est moi'. C'est révélateur d'un sérieux malaise au niveau du dialogue dans la majorité", a-t-il commenté.

De son côté, la fédération bruxelloise du PS, saluant la décision prise jeudi, a fait savoir qu'elle resterait attentive à l'évolution du dossier et rappelé "la nécessité que la Société Publique d'Administration des Bâtiments Scolaires de Bruxelles (SPABS) soit étroitement associée à l'étude technique et financière portant sur un établissement qui relève de son patrimoine immobilier".

(JDD)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés