Publicité
Publicité

Le plan B divise Wallons et Bruxellois

Si l'Etat belge devait voler en éclat, les Wallons seraient d'accord de s'unir avec les Bruxellois, mais pas les Bruxellois, selon un sondage publié samedi dans Le Soir.

Selon le sondage réalisé sur internet auprès de 1.804 personnes, 63 pc des Wallons interrogés se prononcent, si la Belgique devait éclater, en faveur de la création d'un Etat Wallonie-Bruxelles.

Du côté bruxellois, ils sont toutefois seulement 33 pc à privilégier cette piste. Un quart des Bruxellois (24pc) souhaite que Bruxelles devienne un district européen ou que Bruxelles soit indépendante (23pc).

L'indépendance de la Wallonie n'est souhaitée que par 8 pc des Wallons et le rattachement à la France n'emballe ni Wallons ni Bruxellois. L'intégration de Bruxelles à une Flandre indépendante ne recueille que 2 pc des voix.

Le sondage révèle quand même un point commun entre Wallons et Bruxellois: leur attachement à la Belgique. Ils se sentent en effet d'abord belges (67pc des Wallons, 52pc des Bruxellois). De même 7 personnes sur dix se disent attachées au pays, au point que la scission serait pour elles "impensable" ou "très difficile à supporter". Seuls 5 pc se disent favorable à la scission.

Quant à la réussite des négociations, Wallons et Bruxellois sont pessimistes. 38 pc des sondés pensent qu'elles vont échouer et qu'il y aura scission du pays. Près d'une personne sur deux croit cependant encore à la possibilité de former un gouvernement fédéral.

Quatre sur dix souhaitent par ailleurs conserver un gouvernement fédéral assez proche de ce qu'il est aujourd'hui.

(CYA)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés