Le PS veut priver le demandeur d'asile du bénéfice des astreintes: "aveu d'échec"

La proposition du PS de verser dans un fonds les astreintes auxquelles est condamné l'Etat belge lorsqu'il ne propose pas un accueil décent aux demandeurs d'asile constitue un "aveu d'échec", a réagi mardi le MR, qui pointe une nouvelle fois du doigt le secrétaire d'Etat Philippe Courard (PS).

"Ces astreintes auxquelles la justice condamne l'Etat sont la réponse judiciaire à un problème non résolu depuis des années", affirme le MR, lui-même partenaire du gouvernement démissionnaire.

"Le PS, plutôt que de s'attaquer, sur le terrain, par des mesures appropriées, aux raisons qui conduisent la justice à prononcer ces astreintes, les pérennise et contribue ainsi à maintenir un appel d'air qu'il a lui-même créé en n'organisant pas de réponse structurelle à l'accueil des demandeurs d'asile", estiment les réformateurs.

Le MR accuse au passage le PS de faire obstacle à l'application effective des ordres de quitter le territoire pour les demandeurs d'asile déboutés.

Le président du MR et vice-premier ministre démissionnaire Didier Reynders avait déjà répliqué lundi au secrétaire d'Etat démissionnaire Philippe Courard qui dénonçait ce week-end le manque de soutien de ses collègues de gouvernement dans sa politique d'accueil des demandeurs d'asile. M. Reynders a affirmé que le gouvernement avait tout fait depuis 2008 pour donner des moyens dans ce domaine.

Dans Le Soir de mardi, Marie Arena, qui a précédé Philippe Courard à l'Intégration sociale, a jugé "culottée" cette réponse de M. Reynders, relevant que si ça avait été le cas, "on n'aurait pas cet afflux anormalement élevé en Belgique". (VIM)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés