Le réseau Astrid serait à la merci des écoutes illégales

Astrid, le réseau de communication des services de secours, est à la merci d'écoutes illégales, selon le site internet spécialisé Data News. Le commissaire Guy De Wilde, de la police fédérale, a travaillé durant dix ans au projet Astrid et nuance ces critiques.

Un simple scanner, un laptop et un décodeur permettent d'intercepter les conversations du réseau Astrid, selon Data News qui se base sur les informations recueillies sur des forums spécialisés.

Le système Astrid est sécurisé, notamment par un logiciel qui permet de changer rapidement de canal, ce qui rend les écoutes illégales difficiles, rétorque le commissaire De Wilde.

Les utilisateur d'Astrid n'ont par ailleurs jamais signalé à ce jour de tentative de hacking.

Data News cite aussi John Baekelmans, également impliqué dans le projet Astrid, qui note que Toutes les communications qui passent par Astrid ne sont pas sécurisées. Guy De Wilde admet que les communications de routine ne sont pas nécessairement verrouillées.

Les unités de police spéciales procèdent cependant au cryptage de leurs conversations.

Selon Data News, il a été décidé récemment de procéder à un cryptage généralisé des messages, mais cela nécessite l'adaptation de tous les appareils qui utilisent le réseau. (MUA)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés