"Le Roi et la monarchie ont toujours été contre le mouvement flamand"

Le président de la N-VA, Bart De Wever, a défendu mercredi soir le président du parlement flamand, Jan Peumans, issu de son parti, qui a été critiqué pour son refus d'assister à une cérémonie de nouvelle année organisée par le Palais royal. Il a justifié la décision par l'opposition du Roi au mouvement flamand.

M. De Wever a souligné que l'absence de M. Peumans avait été approuvée par le Palais. Sans le zèle d'un responsable du protocole, qui n'a pas accordé tous les égards à son remplaçant, l'affaire n'aurait pas suscité la polémique, a dit M. De Wever.

Le président du parti nationaliste a ensuite lancé quelques piques à la monarchie. "Je peux m'imaginer que le Roi était lui aussi assez content de ne pas voir de représentant de la N-VA. Il ne cesse, à chaque discours, de nous juger, de nous mettre en relation avec la haine, le racisme, les purification ethniques, et de condamner l'autonomie flamande. Peut-être est-il content de ne pas avoir eu à serrer la main d'un membre de la N-VA", a affirmé M. De Wever.

Il a assuré ne rien avoir contre la personne du Roi, qu'il a qualifié de personne sympathique. "Mais le Roi et la monarchie ont toujours été contre le mouvement flamand, d'ailleurs contre tout mouvement d'émancipation (...). Ils sont donc nos adversaires politiques, ils ne cessent pas de nous juger. Il est donc logique de ne pas gratifier de notre présence leurs fêtes, réceptions et autres événements", a-t-il dit. (LOD)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés