"Les auteurs d'abus sexuels doivent se livrer à la justice"

"J'implore ceux qui accomplissent une tâche pastorale et qui ont commis des abus sexuels à se rendre spontanément à la justice", écrit Mgr André-Joseph Léonard, archevêque de Malines-Bruxelles, dans l'édition de juin de Pastoralia, le journal de l'archevêché. "Je demande également avec insistance que toutes les victimes d'abus sexuels portent plainte."

L'archevêque affirme que pendant les années de formation qui préparent au diaconat ou au clergé, l'attention doit être plus que jamais portée vers l'équilibre affectif des candidats.

"Un candidat qui a commis des faits punissables par la loi civile et ecclésiastique ne peut jamais être sacré. Un candidat peut avoir connu des faiblesses dans l'un ou l'autre domaine avant sa consécration. A condition qu'il ait amélioré son comportement, il peut éventuellement être sacré, mais jamais si l'on a connaissance de graves abus", selon Mgr Léonard.

"Si un candidat a commis de tels abus avant sa consécration sans que la victime n'ait porté plainte, j'implore ce candidat de refuser son onction. Ne vous consacrez jamais, au nom de Dieu, au diacre, au clergé ou à l'archevêché si vous avez commis des fautes si graves", explique l'archevêque.

"Je suis conscient que l'appel que je fais à chacun demande beaucoup. C'est réellement le prix que nous devons payer pour gagner la confiance de l'Eglise et de la société. Seule la vérité et ce courage nous libéreront et rétabliront notre crédibilité." (910)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés