Les magistrats mettent les politiques en garde contre « les réponses simplistes »

L'Association syndicale des magistrats (ASM) s'agace un peu des réactions politiques qu'ont suscitées, ces derniers jours, les quelques faits divers dont Bruxelles a récemment été le théâtre, selon Le Soir.

« Certains élus, explique le président de l'ASM, Thierry Marchandise, ont l'air de découvrir que Bruxelles est confrontée à une réalité qui est le lot de toutes les grandes villes. Certaines réactions paraissent à tout le moins excessives: Bruxelles n'est pas devenue

Chicago dans la nuit du 31 janvier au 1er février 2010. Ce que j'ai pu lire à ce propos, tous ces jours-ci, ne me paraît pas inspiré par la meilleure des politiques. Peut-être, aussi, n'est-il pas inutile de rappeler qu'il n'appartient pas à la justice et à la police de régler

tous les problèmes d'une société. »

Que les réactions les plus véhémentes soient venues du nord du pays arrache à l'ancien procureur de Charleroi ce commentaire aigre-doux : « Quand la Belgique a accueilli l'Euro 2000, le ministre de la Justice, Tony Van Parijs, est venu lui-même au stade du Mambourg,

à Charleroi, parce qu'il était convaincu - comme toute la presse néerlandophone - qu'il y aurait des morts dès lors que la sécurité du match Angleterre-Allemagne serait gérée d'ici. Tout s'est merveilleusement déroulé. »

L'ASM s'agace pareillement de certains slogans, lancés tous ces jours-ci sur le mode incantatoire : « A commencer par ce concept de "tolérance zéro"qui, s'il était seulement

applicable, contraindrait l'Etat à investir dans la construction d'une cinquantaine de prisons, commente Thierry Marchandise. (ERC)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés