Les mécomptes de Casaert

Deux jours après la mise au jour du versement de "commissions secrètes" aux anciens membres de son exécutif, la société Le Val d'Heure à Charleroi se voit sous le coup de la menace d'une assignation en paiement d'un important arriéré de dettes sociales. L'Inasti lui réclame plus de 78.000 euros de cotisations dues par l'ex-vice-président et bourgmestre de Charleroi, Léon Casaert, peut-on lire jeudi dans la presse francophone.

Ce montant représente les quotes-parts non réglées pour la période de 2001 à 2006 où M. Casaert était mandataire, à titre privé en raison de parts acquises en compte propre dans le capital de la SCRL, explique le directeur gérant de la coopérative, Bernard Vanhemmeseel.

L'Inasti se retourne désormais sur le Val d'Heure, qui est solidaire des dettes de ses associés. Afin d'éviter que les créanciers ne se saisisse le patrimoine immobilier de la société, "un marché public va être lancé pour la désignation d'un avocat", explique M. Vanhemmeseel. "En dehors d'une information à la tutelle wallonne, notre comité de gestion a demandé qu'une liste des administrateurs privés soit établie pour la période 2006-2001. L'Inasti sera aussitôt avisé de leurs noms, pour pouvoir procéder aux vérifications qui s'imposent". (GFR)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés