Les MICI et leur carte facilitaire "toilette" encore trop peu connues

La maladie de Crohn et la colite ulcéreuse, autrement dit les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI), sont peu connues du grand public, ont indiqué mercredi les associations belges de patients. Régulièrement victimes de diarrhée aiguë, les patients disposent d'une carte facilitaire, insuffisamment entrée dans les moeurs, qui donne un accès rapide aux toilettes.

Les premiers symptômes se déclarent chez les jeunes entre 15 et 30 ans: diarrhée (pouvant entraîner jusqu'à 20 passages par jour aux toilettes si la maladie n'est pas traitée), douleurs abdominales, fatigue, perte de poids et fièvre.

La maladie de Crohn, qui se déclare davantage chez les fumeurs, atteint chroniquement toutes les couches de la paroi intestinale, causant des ulcères profonds, tandis que la colite ulcéreuse enflamme superficiellement la muqueuse intestinale.

Les patients disposent d'un document facilitaire, appelé "carte toilette". Européenne ou nationale, elle garantit aux malades un accès rapide aux toilettes publiques ou privées. Deux milles points d'accueil reconnaissent officiellement cette carte.

Les associations dénoncent cependant le fait que de nombreux patients se voient encore obligés d'expliquer leur maladie en cas de besoin pressant.

"Il s'agit d'une maladie invalidante difficile à vivre au quotidien. Elle touche en général les jeunes en pleine construction socio-professionnelle et peut provoquer un isolement social ou une mise à l'écart professionnelle", concède le professeur Edouard Louis du CHU de Liège.

Les MICI sont des maladies incurables mais qui peuvent être traitées par des immuno-suppresseurs, de la cortisone ou des anti-TNF, responsables de l'inflammation. (MUA)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés