Les occupants de l'ULB en grève de la faim depuis deux semaines

Les quelque 200 sans-papiers du hall des sports de l'ULB, qu'ils occupent depuis près de quatre mois, sont en grève de la faim depuis quatorze jours. Un groupe d'une cinquantaine d'ex-occupants qui ne souhaitaient pas entamer une grève de la faim, a quitté les lieux lundi après-midi pour rejoindre les Facultés universitaires Saint-Louis.

Selon les grévistes de la faim de l'ULB, aucune pression n'était exercée à l'encontre des occupants qui ne renonçaient pas à s'alimenter. "La grève de la faim est un choix personnel, totalement individuel. Ce n'est pas une forme de chantage mais plutôt un cri d'alerte. Nous avons tous déposé nos dossiers chez la ministre Turtelboom sans résultat. On a fait le tour des partis. On a obtenu beaucoup de promesses mais rien de concret. Cela va faire un an qu'on attend la circulaire de régularisation", a déclaré jeudi l'un des grévistes.

Du côté des autorités universitaires, on voit d'un mauvais oeil cette radicalisation du mouvement des occupants sans-papiers. Les autorités auraient été averties par le groupe d'occupants dissidents qui refusaient de mener une grève de la faim qu'une pression était exercée à leur encontre. L'ULB a alors pris contact avec les Facultés universitaires Saint-Louis afin de trouver d'urgence un nouveau lieu d'hébergement. (FLO)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés