Les partis francophones attendent un geste de la N-VA

Les partis francophones associés aux discussions sur l'avenir du pays attendent un geste de la N-VA. Des représentants du PS, du cdH et d'Ecolo participaient lundi à une émission spéciale de la Une (RTBF) consacrée à l'avenir de la Belgique.

Ces partis estiment avoir fait montre d'avancées dans les discussions en cours, en ayant accepté de s'asseoir à la table des négociations relatives à une importante réforme de l'Etat et de débattre d'un accroissement de l'autonomie fiscale.

A présent, place au concret, disent-ils. "On veut bien bouger mais il faut des balises", a indiqué Marcel Cheron (Ecolo). "Le cadre est là, il faut maintenant examiner ce qui se passe si on bouge les paramètres", a ajouté en substance Melchior Wathelet (cdH).

"Nous ne campons pas sur des positions intangibles. En matière d'IPP, nous sommes prêts à donner un peu plus aux Régions que ce nous avions imaginé au départ", a dit Philippe Moureaux (PS).

Les francophones renvoient la balle dans le camp des nationalistes flamands. "La N-VA dit qu'elle veut un accord, qu'elle le montre! ", a lancé Melchior Wathelet. "Est-ce que la N-VA veut un accord? On devra vérifier quand on sera de nouveau à table avec M. De Wever", a renchéri M. Cheron.

Armand De Decker a dénoncé "l'erreur historique" de ne pas avoir associé le MR aux négociations. Ce faisant, les partis associés aux discussions "se condamnent à réussir avec la N-VA", a-t-il précisé. (OCH)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés