Les Roms expulsés de la gare du Nord s'installent en face de Fedasil

Les Roms évacués lundi matin de la gare du Nord à Bruxelles, se sont installés aux abords du parc Maximilien, en face de Fedasil, l'Agence fédérale pour l'accueil des demandeurs d'asile. Vingt-deux enfants se trouvent dans le groupe composé d'une quarantaine de personnes. Le Délégué Général aux Droits de l'Enfant, Bernard De Vos, a fait affréter un bus destiné à abriter temporairement ces enfants et leurs familles.

Pour l'heure, aucune solution de réhébergement pour ces familles Roms, originaires pour la plupart de Slovaquie, ne s'est dessinée. Diverses associations (Ligue des Droits de l'Homme, Bruxelles-Laïque, La Maraude et les Petits Samouraïs) se sont rendues auprès des familles pour leur apporter vivres et boissons.

Dans le courant de la matinée, une petite fille en état d'hypothermie a été emmenée à l'hôpital Saint-Jean où il a été suggéré à ses parents de la "garder au chaud avec des gants ou des moufles".

Selon Bernard De Vos, la situation est dans l'impasse car les administrations communales se renvoient la balle entre elles et la Région bruxelloise, au fédéral. Il a rappelé que ces Roms, ressortissants européens pour la plupart, bénéficient de droits (scolarisation, emploi, etc.) qu'ils sont rarement en mesure d'exercer.

D'après le délégué, l'extrême dénuement qui les caractérise, combiné à l'absence d'accueil et d'accompagnement à leur arrivée, les empêche systématiquement d'envisager la mise en place d'un projet d'installation durable et d'intégration.

(MUA)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés