Les statistiques de décès ont presque résorbé leur retard en Communauté française

Le retard des statistiques de la Communauté française sur les décès est presque entièrement résorbé grâce à la numérisation des certificats, a affirmé mardi la ministre de la Santé, Fadila Laanan, en commission du parlement de la Communauté française.

Elle répondait ainsi aux préoccupations exprimées par Jacques Morel (Ecolo), qui s'inquiétait aussi des statistiques de la Communauté concernant des causes de mortalité comme le cancer ou les maladies cardio-vasculaires.

A ce jour, les statistiques de décès 2000 à 2008 des enfants de moins d'un an sont entièrement traitées et transmises à l'administration fédérale. Les années 2006 et 2009 seront disponibles prochainement et 2007 et 2010 sont en cours de codification. Toutes les données de mortalité pour 2008 sont disponibles pour les chercheurs et les données 2009 et 2010 sont en cours de traitement.

La firme Fedaso à laquelle on a fait appel utilise des techniques performantes que l'administration ne pourrait développer, vu le coût que cela engendrerait, a précisé Mme Laanan, ajoutant toutefois que des infirmières-codeuses de l'administration participent aux travaux.

La Communauté subventionne aussi un "registre des événements coronariens aigus" qui permet de donner une image du poids de la pathologie coronaire. Complémentairement, des facteurs de risques sont collectés (âge, sexe, tabagisme, etc...). Cela montre que les taux de mortalité cardio-vasculaires ont diminué.

La Communauté cofinance aussi le registre du cancer, l'enquête nationale de santé et a signé une convention avec l'Institut scientifique de santé publique. (JLS)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés