Publicité
Publicité

Les suicides et tentatives de suicide ont provoqué environ 1.260 heures de retard

Les suicides et tentatives de suicides qui se sont produits sur les lignes de chemins de fer ou dans les gares ont causé l'an dernier 1.260 heures de retard pour la circulation ferroviaire, constate la SNCB. Au total, 3,6 pc des retards étaient dû à un suicide ou à une tentative de suicide, ressort-il d'une réponse du ministre des Entreprises publiques Jean-Pascal Labille (PS) à une question écrite de l'ex-sénateur Piet De Bruyn.