Leterme n'exclut pas de diriger un gouvernement reflétant les coalitions régionales

Le premier ministre sortant Yves Leterme n'exclut pas de conserver son poste au lendemain du 13 juin, dans une coalition qui pourrait être le reflet au fédéral des exécutifs régionaux. Même si le CD&V perd les élections, M. Leterme croit encore possible de diriger le gouvernement à la faveur de négociations auxquelles son parti serait partie prenante. Il faudrait toutefois que lui-même fasse un bon score en Flandre occidentale où il tire la liste pour la Chambre, précise-t-il au quotidien De Tijd qui l'a suivi dans sa campagne.

"Un premier ministre n'est pas élu. Il est le fruit d'un compromis en négociations. Nous verrons bien", lance Yves Leterme dans le Tijd.

Concernant les élections, M. Leterme s'attend à voir la N-VA gagner 3 à 4 pour cent, ce qui obligera Bart De Wever à sortir du bois.

Concernant la formation du prochain gouvernement, le premier ministre sortant n'exclut pas un "collège reflet" des exécutifs régionaux, à savoir, un olivier francophone gouvernant avec le CD&V, le sp.a et la N-VA. Les libéraux flamands et francophones se retrouveraient alors dans l'opposition à tous les niveaux de pouvoir.

Yves Leterme s'attend à voir le nouveau gouvernement mis sur pied pour la troisième semaine d'octobre mais sans accord complet sur la réforme de l'Etat dans l'accord de gouvernement. Si ce gouvernement peut se mettre d'accord sur le cadre et le calendrier des négociations, c'est déjà un succès, estime-t-il.

(MDP)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés