Leterme: pas de débat symbolique autour d'une zone de police unique à Bruxelles

Le premier ministre Yves Leterme veut sortir du "débat quelque peu symbolique" autour d'une zone unique de police à Bruxelles, un débat qui, estime-t-il, ne doit pas nécessairement être chargé communautairement.

Mercredi soir, devant les caméras de l'émission télévisée "Terzake" de la VRT, M. Leterme n'a pas voulu s'exprimer pour ou contre l'idée de zone unique, avancée par les partis flamands. Il est important en premier lieu d'assurer une meilleure collaboration entre les corps de police, a-t-il dit, se référant au protocole signé à cet égard le 13 janvier.

Le premier ministre a dit faire la différence entre des chamailleries politiques et les préoccupations justifiées qui règnent dans les rangs des policiers. Pour y répondre, il mise surtout sur des mesures structurelles à long terme.

A court terme, une petite centaine de policiers bruxellois seront déchargés de leurs tâches administratives, a-t-il rappelé, parmi d'autre mesures récemment décidées.

Interrogé à propos des relations entre état fédéral et gouvernement flamand, il a plaidé pour la collaboration, des initiatives fédérales pouvant être complétées par des mesures flamandes et vice versa. Le ministre-président flamand Kris Peeters avait, lui, parlé plus tôt dans la journée de collaboration "au service de la politique flamande". Yves Leterme s'est refusé à entamer une polémique à ce sujet.

(KNS)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés