Publicité
Publicité

M. Torfs appelle les francophones à rédiger une contre-proposition

Le sénateur Rik Torfs (CD&V) a appelé mardi les francophones à rédiger une contre-proposition à la note du président de la N-VA - et ex-clarificateur -, Bart De Wever, et à la soumettre à la banque nationale et au Bureau du plan.

Les partis flamands estiment que la note de M. De Wever est un document de travail qui peut faire l'objet d'amendements et qui fera d'ailleurs l'objet de questions techniques de la part du CD&V. Les trois partis francophones impliqués dans les négociations ont rejeté ce texte, tout en se disant prêts à poursuivre les discussions.

"Pourquoi ne pas faire deux notes par exemple et faire la comparaison?", a suggéré mardi M. Torfs lors de l'émission la Grande matinale de Twizz radio.

"On ne peut pas faire comme si la note De Wever n'existait pas... Ajoutons peut-être une autre note de la part des partis francophones et parlons à partir de documents concrets au lieu de partir d'idées illusoires et de préjugés", a ajouté le sénateur CD&V.

M. Torfs en appelle donc à une analyse "technique et profonde" de la proposition De Wever et de la contre-proposition francophone par des experts du Bureau du plan et de la Banque nationale. "Ca ne serait peut-être pas une mauvaise idée", a-t-il souligné.

(VIM)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés