M. Vanackere presse l'Iran de coopérer davantage avec l'AIEA

Le ministre belge des Affaires étrangères, Steven Vanackere, a insisté mardi auprès de son homologue, Manouchehr Mottaki, pour que Téhéran coopère de manière plus franche avec l'Agence internationale de l'Energie atomique (AIEA) à propos de son programme nucléaire et suspende son programme d'enrichissement d'uranium, a-t-on indiqué de source diplomatique.

Le chef de la diplomatie belge a rencontré mardi en fin d'après-midi M. Mottaki, qui effectue une visite de deux jours à Bruxelles.

M. Vanackere a pressé à cette occasion l'Iran de coopérer plus clairement avec l'AIEA et à suspendre l'enrichissement d'uranium - deux exigences formulées également par la plupart de pays de la communauté internationale -, a indiqué le porte-parole de son ministère, Bart Ouvry, à l'agence BELGA.

Or, selon un document confidentiel de l'AIEA, l'Iran a produit au moins 5,7 kilos d'uranium enrichi à 20% jusqu'à début avril, un matériau dont Téhéran affirme qu'il est destiné à son réacteur nucléaire de recherche.

L'AIEA s'est déclarée "inquiète de la possibilité d'existence en Iran d'activités cachées liées au nucléaire, passées ou actuelles, impliquant des organisations liées à l'armée" (GGD)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés