Magistrats suspectés: entrepreneurs rançonnés ou règlement de comptes?

L'information sur une affaire de corruption et de faux en écrite mettant en cause la haute magistrature fait l'objet de nombreux développements dans la presse vendredi, les journaux évoquant des hauts magistrats qui seraient impliqués dans le rançonnement d'entrepreneurs et les déclarations de l'avocat Robert Peeters qui dit qu'on cherche à lui mettre des bâtons dans les routes.

Selon un quotidien, des juges auraient contribué -en échange d'argent et de prêts- à mettre sous pression des entrepreneurs, notamment en leur envoyant des huissiers. De nombreux avocats d'affaires et même une importante banque belge auraient aussi été les victimes de ce système de corruption et de chantage.

La figure centrale du dossier serait un avocat d'Overijse qui se serait spécialisé dans la recherche de patrimoine "noir" chez des entrepreneurs prospères qui auraient ensuite été rançonnés. L'avocat aurait probablement reçu l'aide de hauts magistrats pour procéder à ces rançonnements.

Ce dont se défend cet avocat, Me Robert Peeters, qui se dit victime d'un complot. "Dans mes dossiers, je m'attaque à des gens qui ont beaucoup d'influence. Des gens qui sont des proches de Glenn Audenaert (directeur judiciaire de l'arrondissement de Bruxelles). Ils ont détourné des millions et ils ne veulent surtout pas que ça se sache. Il s'agit de deux affaires de fraude qui sont pour l'instant devant le tribunal correctionnel de Louvain. Depuis des années, la police judiciaire me cherche pour me mettre des bâtons dans les roues".

Un autre quotidien écrit également que de nombreux acteurs du monde judiciaire, liés de près ou de loin au dossier, évoquent un règlement de compte dans le chef de Glenn Audenaerdt, le patron de la police judiciaire fédérale de Bruxelles. "C'est lié aux liens de certains de ses amis avec l'avocat Peeters", rapporte notamment ce journal. (CYA)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés