Marchés publics à Wanze: la SWL n'a jamais jugé l'opération illégale

La Société Wallonne du Logement (SWL) n'a jamais jugé que l'opération de revitalisation urbaine, conclue entre la commune de Wanze et l'entrepreneur Thomas & Piron, était illégale, contrairement à ce qu'indique mercredi La Libre Belgique, a tenu à préciser la SWL.

La Libre Belgique indique que le bourgmestre de Wanze, Claude Parmentier, a attribué, dans le cadre d'un projet de "revitalisation urbaine", un chantier à l'entreprise Thomas & Piron, laquelle devrait signer par la suite une convention avec Meuse Condroz Logement, la Société de logement de service public basée à Huy. Or, selon le quotidien, la SWL a estimé que le chantier a été attribué en violation de la loi sur les marchés publics.

Dans un communiqué, la SWL dit n'avoir jamais jugé que cette opération était illégale. "Il est d'ailleurs admis que la législation relative aux marchés publics n'était pas applicable à ce type d'opération initiée en 1999", précise la SWL.

La Société Wallonne du Logement affirme en effet ne s'être prononcée sur ce dossier qu'en ce qui concerne la "faisabilité du projet de vente de quelques immeubles 'en état futur d'achèvement' par l'entrepreneur à la société de logement de service public". La SWL dit considérer à ce titre que la législation relative aux marchés publics doit s'appliquer à cette seconde opération précisément.

La SWL souligne que "ce projet de vente d'immeubles n'ayant été autorisé ni par elle ni par le conseil d'administration de Meuse Condroz Logement, aucune violation de la loi n'a été commise", conclut le communiqué.

(CYA)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés