Médiateurs: on négocie autour d'une table, pas par médias interposés ou ultimatums

"C'est autour d'une table que l'on négocie et non par presse interposée et encore moins sur base d'ultimatums des uns ou des autres", a réagi lundi le cdH. La N-VA a adressé dimanche un ultimatum aux francophones. Elle est d'avis que négocier n'a plus de sens si les francophones n'accèdent pas à la demande flamande de transférer l'IPP aux Régions.

Les parlementaires du cdH étaient réunis lundi au siège du parti. Les démocrates-humanistes ont confirmé que "si chaque parti est de bonne volonté et le veut vraiment, un accord institutionnel est possible". Le cdH demande dès lors que les négociations à 7 partis reprennent au plus vite".

En ce qui concerne la loi de financement, précise-t-il, "les francophones ont suffisamment dit, montré, démontré et répété qu'il y avait moyen d'augmenter significativement les recettes propres des entités et l'autonomie financière et notamment fiscale des entités (en ce compris notamment l'IPP) tout en respectant les autres balises souhaitées à savoir le non appauvrissement des entités, le maintien des règles de progressivités, la viabilité de l'Etat fédéral, la responsabilisation des entités fédérées, etc".

Un accord équilibré est donc "possible" sur ce point également et "souhaitable" car il permettrait par ailleurs deux éléments essentiels pour le cdH: "le refinancement de Bruxelles et une approche plus favorable du financement des matières communautaires (notamment l'enseignement) par la prise en compte de critères de population et d'élèves".

Il est temps de se remettre à table et envisager la suite des négociations également sur l'ensemble des points encore à débattre "dans le cadre du périmètre antérieur" et notamment "Bruxelles, BHV et quelques éléments relatifs aux compétences à transférer". (LEE)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés