Meurtre de Couillet: probablement un règlement de comptes

L'entrepreneur assassiné lundi soir, dans sa maison de Couillet (Charleroi), a probablement été victime d'un règlement de comptes qui aurait pour origine ses activités professionnelles. C'est ce qui semble ressortir des premières constatations effectuées sur place et de la manière dont le meurtre a été commis.

Cet entrepreneur, Philippe Juczenko, âgé de quarante ans, a été retrouvé à l'état de cadavre dans la son habitation située avenue de l'Europe à Couillet, lundi peu après 19 heures.

Le corps de la victime se trouvait dans l'escalier de la cave de l'habitation et, selon les premiers résultats de l'autopsie, Philippe Jurczenko a été abattu de plusieurs coups de feu. Il a également été égorgé.

Marié et père de deux enfants en bas âge, Philippe Jurczenko était apparemment seul au moment du meurtre. On n'a pas trouvé de traces d'effraction dans la maison, mais on y a relevé qu'un des coups de feu a été tiré de l'intérieur.

Le modus operandi laisse penser à un règlement de comptes qui aurait pour origine les affaires dont s'occupait la victime. Philippe Jurczenko était administrateur délégué d'une entreprise dénommée GMIB, basée à Wangenies (Fleurus), spécialisée en électromécanique et en constructions métalliques. La société semblait en difficultés financières.

Jurczenko avait récemment été la cible de menaces et on avait tiré des coups de feu dans la façade de son habitation, ce qui semble accréditer la thèse du règlement de comptes. Le dossier a été mis à l'instruction chez la juge Véronique Desneux.

(811)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés