Michelle Martin: le MR demande le respect de l'accord de gouvernement

Réagissant à l'information selon laquelle Michelle Martin demanderait à nouveau à bénéficier de la libération conditionnelle, le président du MR, Charles Michel, a plaidé lundi pour la mise en oeuvre de l'accord de gouvernement qui prévoit que pour les infractions d'une extrême gravité le seuil d'admissibilité à la libération conditionnelle soit porté au minimum à la moitié de la peine, et trois quart en cas de récidive, en cas de condamnation à 30 ans ou à perpétuité.

L'accord prévoit également que lors du prononcé de la condamnation, le juge indiquera dans son jugement ce que représente concrètement ce seuil et, dès lors, la période minimale de la peine à purger, considérée comme une période de sûreté.

Charles Michel demande dans un communiqué l'inscription rapide d'un débat parlementaire sur les peines incompressibles ainsi que sur l'exécution de toutes les peines. Il rappelle que les peines de sûreté sont une revendication de longue date du MR. (BENOIT DOPPAGNE)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés