Publicité
Publicité

Négationnisme: Milquet contre la suppression de la référence au génocide juif dans la loi

La ministre de l'Egalité des chances Joëlle Milquet a rencontré vendredi différents représentants de la communauté juive du nord et du sud du pays pour faire le point après les conclusions des Assises de l'interculturalité. Mme Milquet leur a notamment rappelé son opposition à la suppression de la référence au génocide juif dans la loi visant à réprimer le négationnisme.

"La ministre a toujours considéré que si, certes, la notion de génocide et de négationnisme doit à l'avenir pouvoir être étendue par la loi à d'autres cas, comme le suggère légitimement le Comité de pilotage, il n'est pas opportun, pour elle, de supprimer pour autant la référence légale spécifique au génocide commis par le régime national-socialiste allemand pendant la seconde guerre mondiale, par respect pour les victimes et par nécessité d'un devoir fondamental de mémoire", selon un communiqué de son cabinet.

Dans ses conclusions, le Comité de pilotage des Assises de l'interculturalité plaide la suppression de la référence expresse au génocide juif dans la loi réprimant le négationnisme en vue d'étendre le champ de répression à la négation d'autres génocides. Cette sortie du Comité a suscité des critiques au sein de la communauté juive, notamment dans le chef du Forum der Joodse Organisaties (FJO) qui avait regretté de ne pas avoir été invité aux travaux des assises.

Vendredi, Mme Milquet a rencontré divers représentants de la communauté juive, à savoir le Consistoire Central Israélite de Belgique, le Comité de Coordination des Organisations Juives de Belgique (CCOJB), le Cercle Ben Gourion mais également le Forum der Joodse Organisaties (FJO).

La ministre a mis en évidence "la présence importante de personnes issues de la communauté juive ou de sensibilité juive dans le Comité de Pilotage des Assises de l'Interculturalité". Elle a également fait valoir que "le Comité de pilotage a travaillé en toute indépendance", son cabinet précisant que la ministre n'a découvert les recommandations définitives que début novembre. (EYI)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés