Négociations sectorielles: le front commun est mi-figue, mi-raisin

Le front commun syndical a déposé jeudi devant le gouvernement de la Communauté française son cahier de revendications en vue du prochain accord sectoriel 2011-2012. Il réclamait que les négociations débutent rapidement et se déroulent avec le seul gouvernement de la Communauté française. La réponse du gouvernement n'a que partiellement satisfait les syndicats, qui ont tenu une courte manifestation devant les locaux du gouvernement à Bruxelles.

Au cabinet de la ministre de l'Enseignement obligatoire Marie-Dominique Simonet, on dit avoir assuré le front commun de l'ouverture rapide des négociations, sans doute juste après le congé de Toussaint. La ministre est d'accord pour les entamer à deux mais n'exclut pas, une fois le décret sur la négociation tripartite voté, d'inviter ensuite les pouvoirs organisateurs, sans toutefois qu'ils puissent modifier le programme des négociations. Avant cela, ces pouvoirs organisateurs pourraient être indirectement informés de la tenue des négociations.

Côté syndical, Pascal Chardome (CGSP) s'est montré "mi figue, mi raisin" par rapport à cette position. Dans un communiqué, le front commun estime que sa demande de négociation à deux n'est pas rencontrée et déplore qu'aucun calendrier n'a été défini.

Le front commun réunira ses instances respectives et organisera des assemblées d'information destinées à ses affiliés. (VIM)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés