Publicité

Non-lieu pour le policier gantois qui a abattu un malade mental

La chambre des mises en accusation de Gand a prononcé un non-lieu dans les poursuites intentées contre un inspecteur de police de 35 ans qui a abattu un malade mental de 66 ans en mars 2009. Au cours d'une tentative de collocation, la victime avait frappé trois policiers à coups de couteau au visage et au cou. La chambre des mises a estimé que le policier a agi en état de légitime défense.

La famille de la victime, Hamza Amallah, avait obtenu la collocation du sexagénaire. Elle avait signalé que l'homme s'y opposerait et qu'il était armé.

Au cours de l'intervention, trois policiers ont été agressés par la victime à coups de couteau. Un des agents a été blessé à l'oeil. Un de ses collègues a alors fait feu sur le forcené.

D'après l'autopsie, la victime a été mortellement atteinte dans le dos et dans le flanc.

La chambre des mises en accusation a également refusé, comme le demandait la défense, de citer deux commissaires, le chef de corps et le bourgmestre pour coups et blessures involontaires ayant entraîné la mort.

L'avocat de la famille de la victime a annoncé une action au civil contre les supérieurs du policier.

(MVM)

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés