Nucléaire: le projet Myrrha prioritaire aux yeux de l'Europe

Le projet d'infrastructure belge de recherche en fission nucléaire Myrrha, à Mol, a été reconnu parmi les 50 projets prioritaires du forum stratégique européen sur les infrastructures de recherche (ESFRI), a annoncé lundi le Centre d'étude de l'énergie nucléaire (CEN) de Belgique.

La Commission européenne, à travers son programme "l'Union pour l'innovation", a pour objectif de voir lancer pour 2015 la construction de 60 pc de ces 50 projets prioritaires, principalement financés par les États membres, avec un soutien européen.

La construction du réacteur de Mol coûtera près d'un milliard d'euros, dont 40 pc financés par l'Etat fédéral comme l'a décidé le gouvernement belge en mars 2010. Le reste sera fourni par les partenaires internationaux et l'industrie.

Avec sa reconnaissance comme infrastructure prioritaire, Myrrha bénéficiera à l'avenir d'un statut privilégié et d'un accès à un réseau de partenaires européens, dont certains apporteront des financements. Il n'est toutefois pas question d'un financement communautaire additionnel.

Deux autres nouvelles constructions ont également été reconnues comme prioritaires lundi: une infrastructure de recherche sur l'énergie éolienne au Danemark et une installation de concentration d'énergie solaire en Espagne, pour des montants bien moindres toutefois (60 et 80 millions) que le projet Myrrha.

Ce dernier est présenté comme un projet unique au monde pour l'étude du traitement des déchets nucléaires radioactifs et leur réduction, ainsi que pour le développement de centrales nucléaires de nouvelle génération. (EYI)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés