Oosterweel: divisé, le collège anversois n'est toutefois pas en crise

L'échevin anversois des Finances, Luc Bungeneers, a voté contre la solution proposée dans le dossier de la liaison Oosterweel du ring de la métropole mais, selon lui, il n'est pas question de crise au sein du collège anversois. "Je pense que ça n'ira pas aussi loin", a-t-il dit à la VRT.

Malgré ses réticences sur les 350 millions d'euros que devront supporter la ville et le port, M. Bungeneers n'envisage pas de démissionner.

"J'essaierai, comme je le fais depuis 10 ans, d'élaborer un budget en équilibre, avec des engagements pluriannuels et, si c'est possible, sans augmenter les impôts", a-t-il expliqué.

En votant contre la solution de compromis, M. Bungeneers s'en est tenu à la ligne de son parti, contrairement à son collègue Ludo Van Campenhout, qui a approuvé la proposition.

"C'est un comportement dissident, contre la ligne du parti. Le président évaluera cela dans les prochains jours", a ajouté M. Bungeneers.

Le bourgmestre d'Anvers, Patrick Janssens, juge que l'attitude de l'Open Vld n'est pas illogique, étant donné que le parti, dans l'opposition au parlement flamand, n'a pas pu participer en première ligne aux négociations. Selon lui, la situation va s'apaiser d'elle-même. De toute façon, il n'envisage nullement d'éjecter les libéraux de la coalition communale.

La députée flamande et conseillère communale Annick De Ridder (Open Vld) estime quant à elle que le collège anversois est confronté à un "grand problème" si le bourgmestre ne tient pas compte de l'opinion de l'un des partenaires.

"J'attends un entretien, un signal", a-t-elle ajouté. (LEE)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés