Publicité

Opération Calice : Callewaert nommée juge d'instruction ad interim

Le dossier "Opération Calice", soit l'enquête sur les abus sexuels au sein de l'Eglise, hérite d'un nouveau juge d'instruction. Colette Callewaert prend les rênes en attendant que la demande de récusation du juge d'instruction Wim De Troy soit traitée, rapporte l'hebdomadaire Humo vendredi. C'est le ministère public qui a demandé la nomination d'un juge d'instruction provisoire.

Le 22 décembre, la chambre des mises en accusation de Bruxelles s'est prononcée sur la validité des perquisitions et des saisies ordonnées par le juge d'instruction Wim De Troy.

Le parquet général et l'archevêché estimaient que Wim De Troy avait outrepassé sa saisine. La chambre des mises était du même avis mais la cour de cassation a annulé son arrêt.

Me Fernand Keuleneer, l'avocat du cardinal Danneels, a demandé la récusation du juge d'instruction Wim De Troy. La cour d'appel de Bruxelles doit selon la loi se prononcer à ce sujet rapidement. Entre-temps, le juge d'instruction Wim De Troy est en stand-by depuis un mois et demi : il ne peut plus mener de nouvelles investigations.

Le président du tribunal de première instance de Bruxelles, Luc Hennart, a nommé temporairement en remplacement la juge d'instruction Colette Callewaert.

"Madame Callewaert poursuit l'instruction jusqu'à ce que la cour d'appel se prononce sur la requête en récusation. Si la demande est rejetée, M. De Troy reprendra l'instruction. Si la requête en récusation est acceptée, il se retirera alors de l'affaire", a indiqué M. Hennart.

(DWM)

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés