Opération Calice: le parquet refuse tout commentaire au sujet de l'arrêt

La chambre des mises en accusation de Bruxelles, saisie par le parquet général en vue d'examiner la régularité de l'instruction menée par le juge d'instruction Wim De Troy visant l'abus sexuel d'enfants et d'éventuelles tentatives d'étouffements d'affaires au sein de l'Eglise, a rendu comme prévu vendredi matin son arrêt. Ce dernier a été rendu à huis clos. Le parquet de Bruxelles s'est refusé à livrer son contenu ou le moindre commentaire.

Lors d'un point presse organisé par le parquet de Bruxelles vendredi en fin de matinée, ce dernier a indiqué que le juge d'instruction De Troy ne lui avait pas autorisé à communiquer au sujet de l'arrêt rendu par la chambre des mises.

"On ne peut aller à l'encontre d'une décision d'un juge d'instruction", a indiqué une porte-parole du parquet de Bruxelles, Estelle Arpigny. Celle-ci a juste précisé que le juge d'instruction Wim De troy était toujours titulaire "à ce stade-ci", de l'instruction.

L'audience vendredi dernier en chambre des mises s'était elle-même tenue à huis clos. Le juge d'instruction Wim De Troy avait alors fait rapport sur son enquête judiciaire. L'examen de l'enquête judiciaire intervient après que l'avocat de l'archevêché de Bruxelles-Malines et du cardinal Danneels a écrit au parquet général pour se plaindre au sujet des perquisitions du 24 juin.

L'arrêt de la chambre des mises devrait être versé ultérieurement au dossier, et les victimes qui se sont constituées parties civiles devraient alors pouvoir prendre connaissance de son contenu, a précisé une source judiciaire. (MDP)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés