Pas de scanners dans les aéroports belges avant une décision européenne

La Belgique n'envisage pas, comme le Royaume-Uni ou les Pays-Bas, d'équiper ses aéroports de scanners corporels dans l'immédiat. Le gouvernement préfère attendre le résultat des discussions européennes en cours, a indiqué à l'agence Belga le porte-parole d'Etienne Schouppe, le secrétaire d'Etat à la mobilité.

L'attentat manqué du vol Amsterdam-Détroit a relancé l'intérêt des pays européens pour cette technologie, qui ne fait cependant pas l'unanimité en raison notamment de préoccupations sur la vie privée. Les appareils dévoilent en effet la nudité des personnes qui s'y soumettent.

Si les Pays-Bas et le Royaume-Uni prévoient d'acquérir ces scanners, d'autres pays y sont plus réticents. La France, l'Allemagne et l'Espagne ont exprimé, à des degrés divers, certaines réserves.

La Belgique adopte elle aussi une attitude prudente. Le gouvernement "n'a pas prévu de lancer des expériences", a dit le porte-parole de M. Schouppe. La décision ne sera prise qu'après la définition d'un consensus européen. "On n'a pas envie de risquer un conflit entre les règles européennes et la législation belge", a-t-il précisé.

Les experts européens de sécurité aérienne se pencheront une première fois sur la question ce jeudi à Bruxelles. (OSN)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés