Pôles universitaires: la Fédération PS de Charleroi s'oppose aux projets

La Fédération socialiste de Charleroi a fait part jeudi de son opposition aux projets de révision du paysage universitaire en Communauté française. Elle craint que les hautes écoles de la région ne soient divisées en deux ou trois filière concurrentes et que le déplacement des centres de décision vers Louvain, Bruxelles et éventuellement Mons ne nuisent à leur développement.

Le projet impose aux hautes écoles de se rattacher à un pôle universitaire, dont Charleroi ne dispose pas. Les établissements de la région carolorégienne devraient donc se tourner vers Louvain ou Bruxelles, et éventuellement Mons si la ville accueillait un pôle hainuyer.

"Avec un taux de 15 pc d'étudiants de la tranche d'âge concernée qui suivent des études supérieures, Charleroi se trouve déjà à moins de la moitié de la moyenne en Communauté française. Il est important de tout mettre en oeuvre pour que nos jeunes puissent, à l'instar des autres jeunes de la Communauté française, avoir à leur porte des formations universitaires de qualité", a souligné la fédération dans un communiqué.

La fédération demande au ministre de l'Enseignement supérieur, Jean-Claude Marcourt (PS), "d'envisager toutes les pistes qui garantissent un développement équilibré de l'enseignement supérieur en général et universitaire en particulier sur l'ensemble du Hainaut".

Elle insiste aussi auprès du ministre afin qu'il examine les formules susceptibles d'encourager les universités à investir dans la région de Charleroi. (LEE)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés