Publicité

Procès Fournaux:les parties civiles Mantia réagissent à la demande de récusation du juge

Camille et Philippe Mantia, anciens concessionnaires du casino de Dinant, constitués parties civiles dans l'affaire relative à celui-ci ont réagi, par le biais d'un communiqué, à la demande de récusation de la juge Julien introduite par les avocats de Richard Fournaux vendredi matin.

"A la veille de chaque audience, Richard Fournaux est confronté à de nouvelles révélations auxquelles il est - il est prêt à vous le jurer - entièrement étranger. Son trouble est à peine apaisé qu'à la veille de l'audience ultime, il a la surprise de lire une lettre anonyme dévoilant un complot politico-maçonnique contre lui. C'en est trop. Depuis plus de 10 ans, il clame qu'il veut être jugé, il faut qu'il reste constant", ont indiqué les concessionnaires dans un communiqué.

Camille et Philippe Mantia évoquent ensuite la liste de diverses procédures intentées et considérées comme contradictoires par les anciens concessionnaires.

"La preuve en est faite par la lettre anonyme: il estime être face à un cartel, une coalition occulte franc-maçonnerie-PS-cdH. Cartel gravissime, puisqu'il regroupe les magistrats du siège, le membre du parquet chargé de son dossier, le président du Tribunal de Dinant, le président du Tribunal de Namur, le procureur du Roi de Dinant, le procureur général de Liège, le premier président de la Cour d'appel de Liège. Comment pourrait il encore être jugé par qui que ce soit? (...) Une inéligibilité serait une catastrophe. Il s'adressera à la Cour des droits de l'homme après que son pourvoi en cassation ait été rejeté. L'heure de rendre des comptes approche et le réveil sera douloureux", concluent les anciens concessionnaires.

(COR 709)

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés