Procès KB Lux: la défense plaide à nouveau l'irrecevabilité

Les avocats de la défense ont plaidé sur la recevabilité des poursuites et sur la régularité du mode d'obtention des preuves, jeudi, dans le dossier KB Lux. Les avocats ont à nouveau évoqué en détails la façon douteuse dont les enquêteurs et le juge d'instruction Leys avaient obtenu certaines preuves.

Me Michèle Hirsch, avocate de Damien Wigny, ancien patron de la KB Lux, a répondu à un des arguments du ministère public. Ce dernier invoquait le fait qu'à aucun moment la défense n'avait demandé la récusation du juge d'instruction Jean-Claude Leys.

Pour rappel, le ministère public avait demandé que le procès se poursuivent malgré les "maladresses", avait-il dit, de certains enquêteurs. En effet, en première instance, en décembre 2009, le juge Pierre Hendrickx avait déclaré les poursuites irrecevables en raison de la manière incertaine, probablement illicite, dont certaines pièces étaient parvenues aux mains de la police et de la justice.

Ces preuves avaient permis d'inculper plusieurs dirigeants de la Kredietbank et de sa filiale au Luxembourg, ainsi que des clients de celles-ci, pour une fraude de 400 millions d'euros.

"Nous n'avions pas les cartes, ni les éléments pour demander la récusation du juge Leys", s'est exprimée Me Hirsch. "Au moment où nous prenons connaissance du dossier, en novembre 1997, rien ne nous permettait encore de douter sincèrement de la loyauté du juge chargé de l'affaire". (VIM)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés