Procès Storme : il faut une preuve, matérielle ou non

Les conseils de Léopold Storme, accusé du meurtre de ses parents et de sa soeur, ont insisté lundi auprès du jury de la cour d'assises de Bruxelles sur la nécessité d'une preuve, matérielle ou non, pour déclarer l'accusé coupable. "Si une hypothèse est insuffisamment vérifiée, il faut l'acquitter. Vraisemblablement coupable, c'est insuffisant", a déclaré Me Jean-Philippe Mayence, lors de sa plaidoirie.

Me Jean-Philippe Mayence a demandé au jury, "juge à douze têtes", d'appliquer la règle de la preuve, précisant qu'il ne souhaitait pas pour autant voir le doute profiter à l'accusé. L'avocat a indiqué qu'il n'avait pas les mêmes certitudes dans ce dossier que l'avocat général.

Pour le second avocat de l'accusé, Me Pierre Huet, le ministère public a imaginé le mobile. L'avocat général a affirmé vendredi que l'accusé avait acheté un couteau la veille des faits à Sluis sans que cet élément soit vérifié.

"Il faut une raison pour tuer ses proches", a souligné Me Huet. Pour la défense, le départ en Erasmus au Canada de la petite amie de l'accusé ne peut expliquer le déclenchement d'une telle violence. Au sujet de la consommation et vente de drogue par l'accusé, la défense a rétorqué que les parents étaient au courant puisqu'ils avaient saisi le matériel de vente de leur fils. Quant aux résultats des études de l'accusé, ils n'étaient pas encore connus.

"La culpabilité ne ressort pas du dossier mais d'un scénario, aussi séduisant soit-il", a conclu Me Huet. (VIM)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés