Procès Storme: il n'y a pas eu de commission rogatoire aux Pays-Bas

Alors que Léopold Storme, accusé du meurtre de ses parents et de sa soeur, a indiqué lors de l'enquête avoir acheté la veille des faits de la drogue à Sluis aux Pays-Bas, la présidente de la cour d'assises de Bruxelles Karin Gérard a expliqué vendredi qu'aucune commission rogatoire n'avait été envoyée aux Pays-Bas. La défense aurait souhaité connaître la quantité exacte de drogue achetée, soupçonnant une éventuelle consommation juste avant les faits. De la drogue avait été saisie dans l'appartement des victimes et de l'accusé à la Panne.

Léopold Storme s'était déjà rendu auparavant aux Pays-Bas pour y acheter de la drogue et des couteaux. Un juré s'est demandé si une enquête avait été menée dans les commerces vendant ce type d'articles à Sluis. La présidente de la Cour, Karin Gérard a répondu de manière négative.

Deux magasins à La Panne et à Bruxelles, où Léopold Storme avait acheté des couteaux, ont eux reçu la visite de policiers. L'accusé ne s'est pas rendu dans ces deux magasins les semaines avant les faits.

Au niveau des stupéfiants achetés, la juge d'instruction Berta Bernardo-Mendez a considéré les examens toxicologiques suffisants. La présidente de la Cour a souligné quant à elle le coût de l'envoi d'une commission rogatoire alors que la justice est confrontée à des difficultés d'ordre financier et que les experts ne sont pas payés à temps. Elle a ajouté que l'accusé avait reconnu avoir acheté de la drogue pour 65 euros. (VIM)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés