Procès Storme: l'accusé confondu par les traces de ses semelles

Le procès de Léopold Storme, accusé du meurtre de ses parents et de sa soeur, a repris jeudi après une suspension mercredi à la suite d'un incident technique. Lors d'un exposé sur le déroulement de l'enquête, la juge d'instruction Berta Bernardo-Mendez a indiqué que le laboratoire avait identifié moins de 24 heures après la découverte des corps le type de chaussures dont les traces ont été trouvées près des corps.

Les traces de semelles proviennent d'une paire de baskets de la marque ARTENGO, vendues uniquement chez Décathlon. Entendue par les enquêteurs, la petite amie de l'accusé avait expliqué que ce dernier avait acheté des baskets à Décathlon ou à Auchan. Dans un second temps, elle avait reconnu sur photographie les baskets de l'accusé.

Quatre types de semelles ont été relevés sur le lieu du triple meurtre dans le magasin. Deux proviennent de chaussures appartenant à un membre du service de secours et un membre du laboratoire. Une trace, visiblement ancienne, de semelles de baskets ADIDAS, semblables à celles portées par Léopold Storme lors de son interpellation, a été trouvée dans la pièce ont été tuées deux des victimes.

Les dernières traces, ensanglantées, proviennent de baskets ARTENGO. Elles ont été trouvées près des victimes. Des traces ont été trouvées aussi sur deux des trois corps. Aucune trace de semelles des victimes ou de clients n'a été trouvée, en raison, selon les enquêteurs, du type de revêtement du sol, légèrement en relief. (ROJ)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés