Procès Storme: la trace "X" serait antérieure aux autres

Interrogés mercredi au sujet des traces ADN dont le profil n'a pu être identifié (nommé X), les experts en ADN ont indiqué, devant la cour d'assises de Bruxelles, qu'ils pensaient que ces traces étaient "préexistantes". Il s'agit d'une possibilité, pas d'une certitude, a précisé un expert. Ces traces attribuées à X ont été trouvées sur deux palettes en bois, près des corps du père et de la soeur de Léopold Storme, accusé du meurtre de ces derniers et de sa mère en juin 2007.

L'une des traces de sang attribuées à X se trouvait "un peu sous la poussière", selon l'expert qui a effectué le prélèvement. La couleur des traces provenant de X, plutôt grise et pâle, était différente de celle des autres traces (des victimes et de l'accusé), plus rouges et vives, a relevé de plus l'expert, tout en reconnaissant qu'il est "difficile" de dater l'ADN. Les experts ADN privilégient donc l'hypothèse selon laquelle les traces attribuées à "X" sont antérieures aux autres.

A l'extérieur du magasin, une seule trace a été trouvée, devant l'entrée du magasin. Le sang prélevé à cet endroit appartient au père de Léopold Storme. Un enquêteur a émis l'hypothèse que ce sang aurait été laissé par une semelle de chaussures.

Les experts ADN ont prioritairement analysé des gouttelettes de sang trouvées à l'intérieur du magasin près de l'entrée. Il pourrait s'agir, selon les experts, d'un indice de fuite possible. Ces gouttelettes proviennent du sang de l'accusé. (MUA)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés