Procès Storme: le ministère public requiert une peine de 30 ans de réclusion criminelle

L'avocat général Bernard Dauchot a requis mercredi devant la cour d'assises de Bruxelles une peine de 30 ans de réclusion criminelle à l'encontre de Léopold Storme, déclaré mardi coupable du meurtre de ses parents et de l'assassinat de sa soeur. Ce réquisitoire traduit une "concession importante" du ministère public.

L'avocat général a requis une "peine proportionnelle aux faits graves" imputés à l'accusé. M. Dauchot a souligné que l'accusé avait tenté d'incendier son école alors âgé de 16 ans. Il est assuré d'une impunité pour ces faits puisqu'il était mineur, a précisé l'avocat général. Ce dernier a rappelé également le trafic et la consommation de drogue par l'accusé.

En théorie, Léopold Storme pourrait bénéficier d'un sursis, n'ayant pas d'antécédents judiciaires, a reconnu le ministère public. Celui-ci ne voit pas de circonstances atténuantes permettant d'atténuer la responsabilité de Léopold Storme, mais ne ferme toutefois pas la porte à cet égard. La seule circonstance atténuante perçue par le ministère public est peut-être "le monde idéal d'Alice au Pays des Merveilles" créé autour de l'accusé par son entourage. "Ses proches ne se sont pas demandés s'il allait mal et pourquoi", a relevé M. Dauchot.

Condamné à une peine de 30 ans de réclusion criminelle, l'accusé pourrait sortir de prison après sept ans, soit au tiers de sa peine et compte tenu de sa détention préventive. L'accusé, dont le comportement en prison est exemplaire, pourrait facilement se réinsérer selon M. Dauchot. (MDP)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés