Réforme de l'armée: les premières unités touchées

Le plan de restructuration de l'armée préparé par le ministre de la Défense, Pieter De Crem (CD&V), a commencé à produire ses effets pour le personnel militaire, avec le début des mutations touchant les premiers quartiers condamnés à la fermeture ou les unités appelées à déménager, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

Les mutations - quelque 7.300 sont prévues au cours des prochaines années, sans guère d'accompagnement social, selon les syndicats - ont débuté le 1er avril pour le personnel d'une bonne vingtaine d'antennes médicales implantées dans l'ensemble du pays.

Deux unités, le 2ème/4ème régiment de Lanciers (2/4L) - équipée de chars Leopard et installée à Bourg-Léopold (Limbourg) - et le 2ème groupe de systèmes de communication et d'information (2 Gp CIS) de Haasdonk (Flandre orientale), ont également cessé d'être opérationnelles le 1er juin, conformément au calendrier établi en février par le "patron" de l'armée, le général Charles-Henri Delcour en application du "plan de transformation" de M. De Crem.

Mais dans ces deux cas, la majorité du personnel ne fera toutefois mutation qu'à partir du mois de juillet, a-t-on souligné de source militaire.

Le 1er régiment d'artillerie (1A), de Bastogne, devrait pour sa part cesser ses activités opérationnelles le 1er juillet, suivi le 1er septembre par le 1er bataillon parachutiste (1A) de Diest, dont le personnel est appelé à se fondre à partir du 1er octobre dans les autres unités para-commandos, le 2ème bataillon commando de Flawinne et le 3ème bataillon parachutiste de Tielen. (VIM)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés