Réglementation du permis moto: la FEBIAC déplore les coûts supplémentaires

La Fédération Belge de l'Industrie de l'Automobile et du Cycle (FEBIAC) approuve l'aspect sécuritaire mais déplore l'augmentation des coûts engendrés par les nouvelles formations imposées pour conduire des motos de catégorie supérieure, indique-t-elle mercredi en réaction à l'annonce des modalités d'application à la loi belge de la troisième directive européenne sur les permis de conduire moto faite mercredi par le secrétaire d'Etat à la Mobilité, Etienne Schouppe, dans la presse flamande.

"L'accès au permis moto ne sera pas retardé", a précisé le porte-parole de la FEBIAC, Joost Kaesemans, à l'Agence Belga. Il faudra toujours 16 ans pour débuter, puis 18 et 20 ans pour monter dans les cylindrées. Les seuls changements au niveau de l'âge concernent les motos lourdes. Il faudra désormais soit être âgé de 22 ans avec deux ans d'expérience sur une moto moins puissante, soit avoir 24 ans. La limite, dans les deux cas, était auparavant fixée à 21 ans.

"Le problème est qu'il faudra passer un examen et suivre une formation pour accéder à la catégorie supérieure", regrette la FEBIAC. "Cela occasionnera des coûts supplémentaires et inutiles pour le motard. Selon nous, la réussite de l'examen est suffisante, puisque le motard aura déjà de l'expérience sur une cylindrée inférieure."

La FEBIAC déplore également qu'il n'existe pas de possibilité de suivre les formations en groupe, "ce qui en diminuerait largement le prix."

Les textes légaux devraient être prêts pour le mois de janvier 2011. La nouvelle réglementation sera d'application deux ans plus tard au maximum. (MUA)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés