Représentation flamande à Bruxelles: risqué d'y toucher (partis flamands)

L'idée du président du MR Didier Reynders d'"aménager" une représentation flamande au parlement bruxellois qu'il juge trop importante a fait l'objet de réactions unanimement négatives dans les rangs des sections bruxelloises des formations flamandes démocratiques.

Les têtes de listes de l'Open VLD, du CD&V et du sp.a ont notamment souligné, à leur manière, que la représentation garantie des néerlandophones au parlement bruxellois (17 sièges d'office sur 89) faisait partie de l'équilibre institutionnel du pays qui garantit par ailleurs une surreprésentation francophone à l'échelon fédéral. Sur les ondes de la RTBF-radio, M. Reynders a dit rejoindre le président du FDF Olivier Maingain.

"L'attaque de Didier Reynders est en contradiction flagrante avec le sentiment des Bruxellois", ont commenté les chefs de file des libéraux flamands de Bruxelles, Guy Vanhengel et Sven Gatz.

De son côté, le vice-premier ministre fédéral et tête de liste du CD&V à Bruxelles, Steven Van Ackeren, a jugé imprudente la sortie de Didier Reynders.

Pour le ministre et tête de liste sp.a Pascal Smet, Olivier Maingain et Didier Reynders veulent faire du parlement bruxellois une conférence des bourgmestres et échevins francophones et du gouvernement bruxellois l'exécutif des 19 communes.

(HIE)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés