Revenus des députés: le cdH veut réactiver le débat

La chef de groupe cdH à la Chambre, Catherine Fonck, estime que certaines indemnités complémentaires octroyées aux députés sont indécentes et compte déposer des textes à l'occasion de la rentrée parlementaire afin de lancer le débat, rapporte mardi La Libre Belgique.

"Nous allons devoir trouver plus de 20 milliards d'économie", rappelle Mme Fonck. "Le Parlement doit prendre ses responsabilités, même si cela va être très difficile d'avancer avec un gouvernement en affaires courantes." Elle ajoute qu'en juillet, il a été décidé de réduire de six à quatre le nombre de questeurs, des députés chargés de tâches organisationnelles au Parlement.

En premier lieu, il s'agirait de diminuer le nombre de députés titulaires d'une fonction spéciale donnant droit à une rémunération complémentaire. Mme Fonck suggère ainsi de passer de cinq vice-présidents à trois. Les secrétaires passeraient eux de quatre à deux.

Le cdH veut ensuite limiter les montants des indemnités complémentaires liées aux fonctions spéciales. "Tout travail supplémentaire doit être reconnu mais il doit être rémunéré de façon proportionnelle au travail effectif qui est réalisé. Il faut mettre des limites parce qu'à certains niveaux il y a (...) une certaine forme d'indécence", déclare la chef de groupe.

Enfin, elle souhaite modifier la loi limitant la rémunération de tout député qui cumule son mandat avec celui de bourgmestre ou d'échevin à 150% d'une indemnité parlementaire. En effet, les fonctions spéciales n'entrent pas dans ces 150%. "C'est une façon de contourner la règle et ce n'est pas normal", selon Mme Fonck. (VIM)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés