Sécurité sociale et Bxl doivent être piliers d'un fédéralisme de proximité

Le PS est partisan d'un fédéralisme de proximité basé sur les piliers de la prospérité, la sécurité sociale et Bruxelles dont il faut éviter l'assèchement voulu par certains, a affirmé vendredi soir le président de la fédération bruxelloise du PS Philippe Moureaux devant les militants socialistes bruxellois réunis en congrès pour adopter leur liste électorale pour la Chambre.

En ce qui concerne la périphérie, le président de la fédération bruxelloise du PS a estimé que l'élargissement de Bruxelles était "la voie royale" que le PS n'abandonnait pas.

S'attardant sur les discussions institutionnelles à venir, Philippe Moureaux a ostensiblement réprimé ses attaques à l'égard du camp libéral francophone ("je ne dis plus ce sont des salopards et je ne le pense pas trop"), estimant que "le problème le plus important se posait avec la Flandre" où l'Open Vld a provoqué la crise politique et où risque d'émerger la N-VA "avec laquelle il sera plus difficile de négocier".

"Il faudra être ferme et fort en espérant que les autres francophones comprendront que l'on ne mettre d'abord un gouvernement en place en écartant totalement le communautaire des discussions" a-t-il dit.

"C'est dans l'intérêt des gens que l'on ne veut pas risquer l'aventure nationale à un moment où ce serait aussi l'aventure sociale et économique", a-t-il conclu. (JDD)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés