Stratégie 2020: la Belgique insiste sur "le bien-être social", contre Berlin et La Haye

Le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Olivier Chastel, a demandé lundi, au nom de la Belgique, un accent social plus marqué dans la nouvelle stratégie décennale de l'Union européenne (la "stratégie 2020"). La demande se heurte aux Pays-Bas et à l'Allemagne.

La question a été évoquée lundi au Conseil des Affaires générales (CAG), chargé de préparer l'important sommet européen de jeudi et vendredi, où les 27 se fixeront de nouveaux objectifs socio-économiques pour les dix prochaines années. Les gouvernements travaillent sur base de cinq priorités avancées par la Commission européenne (emploi, énergie et climat, recherche et développement, éducation, pauvreté).

La Belgique demande que le volet social soit plus étoffé, a indiqué M. Chastel, relayant l'accord intervenu entre les différents niveaux de pouvoir du pays. La stratégie européenne devrait ainsi viser au "bien-être social" de façon plus large, plutôt qu'à la seule réduction de la pauvreté.

La demande belge se heurte frontalement aux positions défendues par l'Allemagne et les Pays-bas, deux pays où le centre de gravité politique a basculé à droite. Berlin et La Haye ne veulent pas entendre parler d'objectifs sociaux imposés par l'UE.

La Belgique réclame par ailleurs que soit maintenu le caractère plus contraignant de la stratégie, notamment au travers du rôle des experts européens chargés de surveiller la mise en oeuvre des priorités par chaque Etat. Initialement assez développée, la place des experts semble désormais remise en question, a expliqué M. Chastel.

(JLS)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés